Le Réseau

En tant que productions historico-sociales, les connaissances et les savoirs, tout en étant portés par des individus et des groupes apparaissent au sociologue de la connaissance comme des construits collectifs à dimension certes théorique mais à présupposés et implications fortement empiriques et à signification collective. Le réseau thématique n° 10 traite des connaissances et savoirs sous toutes leurs formes et dans toutes leurs dimensions ; il est ouvert à la multiplicité des courants qui traversent l’univers de recherche de la sociologie de la connaissance, de l’épistémologie et de l‘histoire de la sociologie. Il est intéressé par l’approche socio-anthropologique, les postures critiques et généalogiques, son but étant de faire connaître, promouvoir et développer la sociologie de la connaissance dans toutes ses dimensions théoriques et pratiques. Il se propose de contribuer ainsi à l’élucidation des diverses formes de consciences, savoirs et représentations qui constituent la trame de la vie individuelle et collective.

Le RT10 est également porté à l’analyse des savoirs empiriques, techniques et professionnels qui tissent la vie sociale dans la dimension des microcosmes et mésocosmes, impliquant le domaine des savoirs et savoirs faires pratiques les plus variés. Les connaissances possèdent donc une nature, une origine, une histoire, un pouvoir, des fonctions, des usages, des modes de production, de reproduction et de diffusion qui génèrent et requièrent descriptions, analyses et interprétations sociologiques et anthropologiques, puisqu’elles génèrent aussi des interprétations ordinaires qu’il convient précisément d’interpréter pour en saisir le jeu et en comprendre les enjeux. Ces savoirs sont bien entendu porteurs d’autant de normes implicites et explicites qui forment matière pour la sociologie de la connaissance.

Toutes ces connaissances sont identifiables, descriptibles, analysables et interprétables et interprétées à des degrés divers, non seulement par les sociologues mais aussi par les acteurs qui les produisent, les reproduisent, les agissent et les transmettent avec plus ou moins de conscience. C’est pourquoi, en leurs divers paliers elles demandent à être connues, comparées, situées et estimées, voire critiquées.